Résumé du Camino 2006

Publié le par Jérôme Lopez

Du 10 Mai au 20 Juin 2006, suite à de multiples rencontres et à la lecture du livre Le pèlerin de Compostelle, de Paulo Cuelho, je décide de me mettre en route pour ce Chemin fantastique. Poussé par un desir de vivre "la pauvreté évangélique", mon chemin se fera sans argent, au gré des rencontres et de la vente de chapelets artisanaux confectionnés de mes mains chaque soir...




Catherine, rencontrée en faisant du stop à Toulouse. Elle décidera de m'accompagner jusqu'à Lourdes, puis de marcher avec moi jusqu'à pamplona!
Catherine est devenue une amie trés chère, elle m'a beaucou apprit!













Lourdes, où je suis venu confier mon périple à La Vierge, qui me le rendra bien par la suite!












La porte des pèlerins à Saint jean Pied de Port, avec Catherine.













Nous avons eu droit à un brouillard terrible!













La citadelle de Pamplone, où nous avons rencontré Eneko, à quelques heures de me séparer de Catherine. Eneko était SDF, il avait envie de faire le Chemin, mais trouvait des excuses pour ne pas le faire. Aprés l'avoir convaincu que c'était possible, il deviendra mon compagnon de route pour plusieurs étapes.









Eneko se faisant masser par une autre Catherine, pèlerine irlandaise, aprés Los Arcos.





















A l'entrée de Logroño Félisa attend les pèlerins pour leur offrir un petit dèjeuner complet....au donativo!
N'ayant pas mangé la veille au soir, j'étais bien content de la rencontrer!




















Vers Najera, plusieurs centaines de mètres de grillage agrémenté de milliers de croix faites par les pèlerins.
Trés impressionant!













Avec Bruno, Marc et Eneko, la fameuse ligne droite de 12 kilomètres avant d'arriver à Calzadilla de la Cueza. Il vaut mieux être accompagné pour faire cette marche de 3 heures au milieu des champs de blé...










Ici, tout le monde fait une photo. Mais il est presque impossible de rendre sa beauté à ce paysage sans fin, tellement il inspire la liberté












Ma tente m'a servit plus d'une fois. Cette nuit là, à 5 heures du matin,  la moissoneuse batteuse n'est passé qu'à quelques mètres de nous!












La somptueuse cathèdrale de la somptueuse ville de Léon. C'est toujours pour moi un plaisir et une joie veritable d'arriver à Léon, ma ville préférée sur le Chemin.













Brad nous avait invité à boire un verre à l'Hotel San Marco, où il avait décidé de passer la nuit. En prime nous avons eu droit à une petite visite de cet hôtel plus que luxueux.













Le village d'Hospital d'Orbigo et son pont médiéval.












L'arrivée à Foncebadon avec Bruno. Dans ce village de la Montagne de Léon, des ruines, des chiens errants, deux refuges et deux restaurants: L'un est un restaurant Celte que je vous conseille de tout mon coeur! En regardant votre assiette vous direz comme moi: "Je n'ai jamais vu des steaks aussi épais et larges" !









Foncébadon > Manjarin = 4Km
L'étape la plus courte que nous ayons effectué.
Mais on se sent si bien à Manjarin....

















Regardez ses pieds!

Et en plus, on est en pleine montagne !

























Nathan faisait le chemin sans argent lui aussi, mais avec sa guitare à 12 cordes. Il a gentiment partagé ce qu'ill avait avec moi, et m'a joué quelques chansons qu'il avait lui même ecrites; trés beau moment.












La végétation en Galice est trés belle, et les arbres ont des tailles et parfois des formes extraordinaires.














Cette dame a bien une tête, mais elle est sous les salades!













Autoportrait Galicante!















Mon arrivée à Santiago aprés plus de 14 heures de marche et 56km avalés!
J'étais en retard pour revenir au travail...













En 2006, dans le train du retour des pèlerins, on pouvait ouvrir la fenêtre pour admirer ce paysage defiler...lentement!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article